2012, apocalypse ou fin du monde ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, janvier 10 2011

Les oiseaux ne se cachent pas toujours pour mourir

Selon la télévision les oiseaux se cachaient pour mourir, Richard Chamberlain y croyait... mais depuis quelques semaines, il a du changer d'avis.

En moins d'un mois des centaines d'oiseaux se sont mis à tomber du ciel aux Etats unis. Deux villes ont été touchées à quelques jours d'intervalle.

Ces deux évènements ont permis que les télévisions étrangères (et notamment en France) relatent les faits et expliquent que cela peut arriver mais que personne n'a de vrai explication.

Le problème, c'est qu'on ne sait pas si les oiseaux tombent parce qu'ils sont morts ou meurent lorsqu'ils sont tombés.

Certains ont évoqué des nuages de grêle, des feux d'artifice, des nuages toxiques et tout un tas d'autres choses, bizarrement on n'a pas beaucoup parlé de signe annonciateur d'apocalypse. Dans un sans, c'est pals plus mal, les gens qui annoncent l'apocalypse ont déjà assez d'arguments pour ça. il suffit de revoir l'année 2010 qui a été la plus dévastatrice depuis bien longtemps rien qu'à cause du dérèglement climatique, des incendies et des tremblements de terre.

2011 démarre aussi en grand avec des inondations importantes en Australie (avec peu de morts, mais tellement de dégâts).

A deux jours du premier anniversaire des tremblements de terre de Port au Prince en Haïti, on est en droit de se demander ce que la nature nous réserve en cette nouvelle année. Série de catastrophes ou une accalmie ?

Et si tout ceci ne dépendait que de nous ?

mercredi, juin 16 2010

Un aperçu climatique de fin du monde ?

En voyant les informations télévisées ce soir, j'ai eu l'impression de revoir la Nouvelle Orléans après le passage du dernier cyclone, alors que ce n'est que le Var suite à des trombes d'eau tombées hier soir.

Ca fait carrément peur de voir à quel point nos constructions ne résistent pas à la nature. Voir des maisons à la limite d'un trou dans le sol, prêtes à se barrer à l'intérieur, c'est un peu hard, vous ne croyez pas ?

J'ai une pensée pour toutes les victimes de ces phénomènes climatiques extrêmes, en France comme ailleurs dans le monde.

Une chose est certaine : nous ne sommes pas plus forts que la nature, même si nous sommes probablement en grande partie responsables de ce qui nous arrive actuellement.